Mettre en place une routine d’écriture quotidienne et publier un article par jour, pourquoi pas, mais comment faire quand on a rien à dire ?

C’est Frédéric Nitche qui a balancé le lien dans Diaspora*, un article qui vous explique comment écrire de beaux articles de 750 mots par jour, pas facile. L’article est réellement technique, ce n’est pas une plaisanterie pour qui écrit régulièrement, je m’y reconnais facilement dans la veille bien sûr, dans les sujets variés, dans l’écriture au moment où il faut écrire, comprenez que parfois quand l’inspiration est là j’écris jusqu’à cinq articles d’avance mais le problème qui n’est absolument pas soulevé dans l’article c’est l’expérience personnelle, le vécu, comme si l’on pouvait en quelques sortes se nourrir exclusivement des aventures des autres, même si vous me ferez remarquer que certains y arrivent très bien. (Gilles ?)

Prenons un très bon exemple, le mien, qui reste un exemple que vous et moi connaissons plutôt bien. Je vous ai fait un mois de juillet euphorique avec mes différents bricolages autour du ZTE OPEN C, et là d’un coup ça se calme car je retrouve la rentrée scolaire, une certaine routine qui n’a rien d’intéressant, rien en tout cas qui me donne envie d’écrire. C’est réellement un très bon exemple, moi, car ici j’écris sous la source d’une inspiration, un article, mais dans l’ensemble ça reste rare. La grande majorité de mes articles est issue de ce que je vis, de mon expérience, la notion d’ailleurs d’expériences partagées pour le blog n’est pas anodine, c’est bien de cela dont il s’agit.

Il y a donc ici un double cercle vicieux. Si je ne vis rien je n’ai rien à raconter, si les autres ne vivent rien, je n’ai rien à commenter (spéciale dédicace à Gilles) ou à écrire. Or, on constate de façon générale un appauvrissement des contenus au niveau de la toile, quelle conclusion peut-on alors en tirer ? Pour ma part c’est simple, l’appauvrissement de la toile ne peut avoir que deux origines :

  • avec comme seule préoccupation le selfie, les vacances, le loisir, la culture de soi, les émissions de télé débiles, on fabrique de plus en plus de crétins. L’évolution des outils le prouve, on est passé de Skyblog, le truc quand même pour écrire un peu à facebook, le truc pour écrire un peu moins et montrer ses jolies photos, à twitter pour ne pas dépasser les 140 caractères et snapchat pour en arriver à l’image.
  • Pour ceux qui sont capables de dépasser la frontière du nombril, plus d’envie d’écrire, ou peut être plus gratuitement, l’envie de partager n’est plus au rendez vous.

C’est un problème. Peut être pas très apparent pour l’instant car la masse de contenus sur le web est énorme, et on se réveillera dans quelques temps pour se rendre compte que rien n’a changé, évolué, ou que tel ou tel site est fermé, un site qui apportait une information intéressante, à ce moment là on se rendra compte peut être que quelque chose ne va plus. Vous ne le voyez peut être pas pour l’instant mais moi je le vois à mon niveau dans de nombreux domaines. L’exemple de Firefox OS est vraiment significatif, nous sommes quatre pauvres pèlerins en France à tenter quelque chose, alterlibriste, genma, igor, dada, et les quelques autres que j’oublie. Et pourtant imaginez l’enjeu. Combien d’entre nous se sont plaints de ne pas avoir de téléphone avec un OS libre, il est là portant, bien présent, fonctionnel, combien se bougent réellement pour centraliser l’information ?

Alors que le partage d’informations sur le net paraissait comme un acquis, son avenir me parait largement compromis au profit des lol cats et des gens qui vendront l’information plutôt que de la diffuser librement.

Cyrille BORNE, 39 ans, professeur de mathématiques, de sciences physiques, dictateur informatique du Lycée Agricole le Cep d'Or à Clermont L'Hérault. Doctorat en rap des années 90, grand poutreur de zombies, grand maître de la confrérie des Trolleurs.

12 réactions dans “Mettre en place une routine d’écriture quotidienne et publier un article par jour, pourquoi pas, mais comment faire quand on a rien à dire ?

  1. Hey, je suis flatté, deux fois :)
    Et tu as pas vu que j’ai rebloggué dernièrement ?
    Plus un en cours sur l’intérêt d’avoir une tablette à 50 € dont j’ai rédigé les 3/4 en brouillon ;)
    Sinon j’ai aussi constaté que ça tourne beaucoup en rond, la preuve j’ai encore fait du ménage cette semaine dans mes lectures, mon flux RSS, mon Shaarlo, etc.

  2. « Or, on constate de façon générale un appauvrissement des contenus au niveau de la toile, quelle conclusion peut-on alors en tirer ? »
    s/des contenus au niveau de la toile/niveau scolaire/ &
    s/au niveau de la toile/dans les établissements/ :-)
    Sans nier la baisse « globale » (moyenne?) du niveau scolaire (madame est prof ;-), les explications ou interprétations divergent…
    Il y a un truc où je ne suis pas du tout d’accord : « Alors que le partage d’informations sur le net paraissait comme un acquis » (sous entendu ce ne serait plus le cas), c’est du pipeau. Je pratique le net/web depuis sa naissance (merci les labos de recherches), je n’ai jamais eu autant de source d’informations diverses qu’aujourd’hui… Un site « de perdu, dix de retrouvés ». Je ne comprends pas cette tarte à la crème, je ne dirais pas « de vieux con », je suis plus vieux… Mécaniquement/techniquement bien plus de personnes sont aujourd’hui en capacité de publier, donc nécessairement il y a plus d’infos et dans le tas, nécessairement de la bonne qualité aussi.
    Le web se démocratise, tout comme l’accès aux études (par ex). Ce sont des évolutions analogues avec des conséquences analogues…

    1. C’est ton point de vue, moi je vois comment je galère pour trouver certaines infos notamment sur Firefox OS, je me dis que c’est pas la fête. Pas que sur Firefox OS d’ailleurs, les bornes d’affichage avec le pi, certains bugs de la mort, les imprimantes et j’en passe. Je trouve désormais la majorité de mes informations sur les sites anglo saxons, peut être un phénomène francophone.

  3. Au temps pour moi, je n’avais pas compris que «le partage d’informations sur le net» se calibrait sur les problèmes firefoxOS, pi, et autres geekeries… Vu comme ça, effectivement. Mais fallait le préciser.

    1. c’est précisé en fin d’articles pour les gens qui se remuent sur Firefox OS. A partir du moment où la maison ici se veut assez technologique, il n’est pas surprenant de parler de notre référentiel, l’informatique. Après peut être que pour les lol cats on peut effectivement en trouver 20 fois plus qu’il y a quelques années, c’est une possibilité.

  4. « L’évolution des outils le prouve, on est passé de Skyblog, le truc quand même pour écrire un peu à facebook, le truc pour écrire un peu moins et montrer ses jolies photos, à twitter pour ne pas dépasser les 140 caractères et snapchat pour en arriver à l’image. »

    C’est très bien vu et résumé, car c’est vraiment la tendance de fond qui a été à l’oeuvre. Il faut ajouter à cela le fait que beaucoup de nouveaux venus sont arrivés sur la toile ces dernières années, ce qui a conduit à abaisser le niveau global qu’on trouvait sur le net. A la base s’y trouvait des gens plutôt instruits, maintenant c’est plutôt la « France d’en bas » dans tout ce que cette expression peut avoir de péjorative. Et du coup, beaucoup des gens intéressants sont partis.

    Ajoutons à cela nos 50 beaufs internautes qui squattent tous les commentaires sur les quelques gros sites, et c’est le pompon : on a l’impression que la France est au bord de la Révolution alors que c’est seulement 50 petits cons qui n’ont rien dans le crâne et qui ne font rien d’autre de leur vie (à moins qu’ils ne soient payé pour le faire, ce qui est possible aussi). Ca rappelle le problème avec Diaspora* qui s’est fait squatter par des extrêmistes. Bin là c’est pareil, sauf que c’est tout l’internet qui s’est fait squatter par quelques beaufs. Regardez par exemple les commentaires sur LeMonde.fr, à l’origine de la mauvaise humeur, de l’esprit négatif, de la contestation partisane, on trouve 3 ou 4 pseudos, pas plus. Mais qui sont supers actifs et qui commentent toute la journée (sic !) et tous les articles.

    Puis il y a encore quelques années, il y avait plein de trucs à faire sur le net. On surfait, fallait créer des logiciels libres, les forums étaient supers actifs et intéressants. Aujourd’hui, c’est fini tout ça. On commence à s’ennuyer sur le réseau, alors beaucoup sont partis à défaut d’avoir de nouvelles occupations : c’est ça qu’il faut peut-être faire, créer de nouvelles activités sur le réseau.

    Malheureusement, comme tu le soulignes, le niveau a beaucoup baissé. Il faut être aveugle pour ne pas le voir, ou alors il faut être arrivé sur le réseau depuis peu de temps. Les algorithmes de Google ont été pris en défaut, et aujourd’hui ils ne peuvent faire face aux techniques SEO. Résultat : on ne trouve presque plus d’informations intéressantes, sérieuses et pertinentes. Il faut passer bien plus de temps à chercher qu’avant, car il faut faire le tri de tous ces sites marchands ou ces sites conçus que pour vivre afficher de la pub. La seule dynamique qu’il reste sur le réseau c’est celle-ci : comment faire en sorte que les visiteurs cliques sur mes liens ?

    Ca me rappelle l’initiative du domaine .42. Peut-être est-ce qu’il faut faire. Foutre le camp sur un TLD alternatif. Même si cette initiative s’est tuée d’elle-même en acceptant les sites avec de la pub (car c’est à coup sûr retomber dans les mêmes travers).

    Perso, à part quelques sites qui sortent du lot, après une session de surf je regrette de plus en plus souvent le temps que j’y ai consacré, comme quand on sort du ciné après un film pas terrible. J’ai de plus en plus l’impression qu’être actif sur le net revient à éduquer les gens et à contrer les débilités de nos 50 beaufs hypers actifs.

    En France les gens passent leur temps à râler, gueuler, se moquer, se la jouer contestataire et intello. Du coup on a un web à cette image. Finalement, je me demande si ce n’était pas mieux quand il n’y avait que TF1 pour occuper ces gens-là ; au moins on avait la paix et de la qualité.

    J’ai l’impression que pas mal de nos geeks qui se sont détournés du réseau se sont tournés vers la domotique et la robotisation. Si les prix baissent, je pense que c’est là aussi que j’irai foutre le camp.

    1. Joëlle,

      Effectivement, Internet est devenue populaire, c’est le moins qu’on puisse dire, et comme tout ce qui devient populaire, il est à certains égards devenu formaté, insipide, ennuyant, voir manquant totalement de classe. Je le vois parfois ainsi lorsque ma vision des choses s’arrête aux machins de type Facebook

      A titre personnel et pour d’autres phénomènes de société, je suis aussi parfois un partisan du « c’était mieux avant ». Sauf que en 1996, quand je surfais sur le net grâce à la galette jaune de American On Line, les trucs les plus populaires étaient du genre http://www.lawebcamdesandrine.com, pourtant je suis sur qu’on pouvait aussi y trouver les sujets qui vous intéressent.

      Ceux qui ont fait les premiers vols commerciaux transatlantiques sur Constellation pourraient surement faire les mêmes remarques que vous. Certains résidents secondaires de Saint-Tropez doivent surement regretter l’introduction des congés payées.

      Je sois dire que votre discours est quand même très franco-français, comprenez philosophiquement élitiste et très géo-centré. Hors, Internet s’adresse à tous, même à ceux que vous qualifiez de beaufs et il est par nature ouvert sur le monde. À dire vrai, le reste du monde peut donc venir passer ses vacances sur la côte d’Azur tout en se foutant royalement de TF1.

      Non, le vrai problème aujourd’hui, vous l’avez effleurez, n’est pas les techniques SEO qui contournent Google, mais bien Google qui dicte le CEO et qui donc façonne le web à sa manière, c’est-à-dire pour son propre bien. Suffit de circuler un peu sur Webrankinfo pour s’en rendre compte. Les webmasters sont à plat ventre en criant « oui maître ». Certains gueulent un peu mais au final, ils vont s’aligner, le doigt sur la couture, eux aussi.

  5. « En France les gens passent leur temps à râler, gueuler, se moquer, se la jouer contestataire et intello »
    Et on fait quoi là ? :-P
    Toujours dans l’analogie avec l’éducation : évidemment, on était mieux « entre nous » lorsque l’école n’était pas ouvertes à tous les vents…
    Rien que la semaine dernière, j’ai découvert le blog libre, le ask associé, d’autres blogeurs périphériques… Sans compter que la majorité de mes problèmes [linux info admin "bénévole" ] se règlent assez souvent en quelques coups de google…
    J’ai un peu de mal à comprendre pourquoi *vous* vous ennuyez sur le net, mais la généralisation que *vous* faîte ici me semble malhonnête (il n’y a pas que des redirections vers des lolcats / je sais à pein à quoi cela ressemble / dans les fils twitters, diaspora ou même facebook).

    1. cela fait 6 ans que je blogue de façon intensive sur le logiciel libre, je suis donc ravi de voir qu’on peut encore me découvrir. En outre, je constate personnellement dans la blogosphère francophone libre où je connais pas mal de monde un véritable essoufflement depuis plus de 2 ans. A une époque, chaque nouvelle distribution, chaque nouveauté était annoncée par 20 blogs. La dernière mouture d’Ubuntu je l’ai vu sortir sur les grands sites généralistes. J’ai rapidement abordé la monétisation, mais c’est aussi un argument, certains ont pensé faire de l’argent avec leur blog et ont déchanté depuis l’algorithme panda, aujourd’hui bloguer pour la quasi totalité est un loisir qu’on paye de notre poche.

      1. « A une époque, chaque nouvelle distribution, chaque nouveauté était annoncée par 20 blogs. »

        Ça ne fait qu’une news évoquée 20 fois au final.

        Personnellement je ne pense pas que le contenu soit plus pauvre « maintenant » qu’il y a quelques années, mais que les gens se sont tout simplement tournés vers d’autres médias pour partager leur vie, leur trouvailles et leurs centres d’intérêts. C’est bien plus simple de Tweeter la sortie d’une distribution, que d’ouvrir un blog pour en parler. C’est une évolution plutôt logique.

  6. Perso, j’ai essayé les recettes du Mr, mais je n’y arrive pas. Je fais très peu de veille et écrire ce qui a été déjà écrit n’est pas vraiment mon créneaux. Les tests des distrib Linux je les laisse à Frédéric Bezies qui les fait très bien à mon goût (bon aussi parce que je n’ai plus le temps).
    Ecrire un article me prend en général beaucoup plus de 45 minutes. En général, j’expérimente les choses avant de réaliser des captures d’écran où des photos. Alors écrire 5 articles par semaines, entre le boulot, les enfants ce n’est plus possible actuellement. Si j’en écris 2 par semaine, je m’estime satisfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *