J’ai scanné sous *Linux… pas si simple

En lisant le titre de l’article de Cyrille, "J’ai scanné sous Linux", je me suis dit que si je l’avais écrit, il aurait été différent. Ce que je viens de faire. J’ai moi aussi scanné sous *Linux, avec un résultat différent, une même distribution, Debian stable, avec une imprimante différente, la Canon multifonction MG2450, achetée tout récemment sur le net. Un besoin urgent d’imprimer et de scanner des documents.

Avant l’achat, je me suis contenté de vérifier, très rapidement, si le modèle de l’imprimante apparaissait dans les discussions sur les forums Debian et d’autres distributions dérivées. Je savais le pilote de l’imprimante disponible sur le site de la marque. Naïvement, je me suis dit qu’il en serait de même pour le scanner. Ce qui est le cas. Enfin, pas exactement, pas si simple…

Après installation du pilote de l’imprimante, aucun souci particulier, elle imprime, c’est ce qu’on attend d’elle et c’est ce qu’on lui demande. Pour ce qui est du scanner, c’est une autre affaire. Le logiciel fournit par Canon, après installation du pilote, ne reconnaît pas le scanner :

ScanGear_019
ScanGear

Il en est encore de même avec tous les autres utilitaires usuels : gscan2pdf et les autres. Rien.

La solution n’est pas si compliquée que ça, tout au moins pour le logiciel Canon. Dans un terminal, après avoir connecté l’imprimante-scanner en USB, tapez la commande suivante :

lsusb | grep Canon

Ce qui devrait renvoyer quelque chose comme ça :

Bus 004 Device 005: ID 04a9:176c Canon, Inc.

L’imprimante est bien connectée et identifiée. L’information importante ici est celle mise en gras ci-dessus : marque:modèle / 04a9:176c.

Il est (fort) probable que… si le scanner n’est pas reconnu c’est qu’il ne figure tout simplement pas dans la liste matérielle des règles udev de la librairie libsane. Il suffit de vérifier :

cat /lib/udev/rules.d/60-libsane.rules | grep 176c

Dans la commande ci-dessus, "176c" identifie le modèle de mon imprimante-scanner. La commande est donc à adapter avec le/la vôtre. Pour l’anecdote, je viens d’apprendre que la commande "cat" a été écrite par Torbjorn Granlund et… Richard M. Stallman que ses détracteurs donnent pour seul idéologue.

Si tel est le cas, je veux dire, si votre appareil est absent des règles udev, ajoutez-le comme suit au fichier 60-libsane.rules :


# Canon PIXMA MG2450
ATTRS{idVendor}=="04a9", ATTRS{idProduct}=="176c", ENV{libsane_matched}="yes", GROUP="scanner"

Pour que la nouvelle règle udev soit prise en compte, il est nécessaire de relancer (dans un terminal-administrateur) le service (ou de recharger les règles) :

# service udev restart

Comme je l’ai écrit ci-dessus, si avec le logiciel Canon, ScanGear, le scanner fonctionne, ce n’est pas le cas avec les autres utilitaires, aucun.

ScanGear : Canon MG2400 series
ScanGear : Canon MG2400 series

Flame sous Firefox OS 2

Comme je l’ai précisé sur Diaspora*, j’ai vendu le ZTE Open C et acheté un Flame (prévoir 29 € de frais en plus à la livraison). En somme, j’ai échangé un gadget pour un autre, enfin, pas certain que le Flame et le ZTE OPen C soient du même acabit. Le Flame ressemble un peu plus à un smartphone digne de ce nom parce qu’il faut être honnête, le ZTE Open C c’est tout de même quelque chôse… Plusieurs raisons à cela : tout d’abord, la personne à qui le ZTE est destiné n’a pas besoin d’un téléphone flanqué d’un tas de fonctionnalités. Le ZTE Open C rejoindra le sud du monde dans quelques jours. Ensuite, le téléphone lui-même, tout plastique, une batterie qui se décharge en moins d’une journée, un appareil photo qui n’a rien d’un appareil photo sinon le nom, et j’en passe. Bref, après quelques semaines d’utilisation on comprend aisément pourquoi le ZTE Open C est si bon marché. Et ce n’est rien dire sur le support (mise-à-jour, etc.).

Ce qui m’a le plus agacé c’est très certainement de ne pouvoir simplement mettre à jour le ZTE Open C. Il m’est arrivé, pendant près d’une après-midi, de connecter/reconnecter en USB l’appareil sans jamais réussir à le faire reconnaître alors que quelques jours plus tôt j’y étais parvenu. Incompréhensible et, surtout, pénible. Que dire des tutos peu clairs que l’on trouve çà et là… J’ai jeté l’éponge.

Avec le Flame, il en va tout autrement. La mise-à-jour vers le canal Nightly (nocturne) se fait sans difficulté. Flashé vers ce canal, l’appareil sera mis à jour sur une base quotidienne ou, si l’on préfère, hebdomadaire ou mensuelle. J’aurais aimé en dire davantage mais il n’y a rien à ajouter. La procédure détaillée sur le site Mozilla est parfaitement claire et sans surprise. On est aux antipodes des complications rencontrées avec le ZTE Open C.

ffos_2_flame
Screenshot de la version 2 de FFOS sous Flame

Les enfants et les écrans

Je lis souvent le site MediaEducation, les articles de fond sont intéressants et parlent donc de numérique et d’éducation. Il faut dire que j’ai dans mon entourage des professeurs, des réfractaires aux nouvelles technologies et des personnes utilisateurs des GAFA qui pensent que la vie privée n’existent plus. Bref, un bel échantillon de la population :-).Je représente moi-même une minorité, les excités de la protection de la vie privée…
 
Je tombe sur l’article du jour ou de la semaine : Enfants et écrans, le dossier. C’est forcément un sujet qui m’interpelle et sur lequel j’ai déjà quelques idées. Je ne demande qu’à les confirmer ou les infirmer.
 
Trois recommandations sont données :
 
1) par le CSA,
2) par l’Académie des Sciences,
3) par le conférencier Michel Desmurget
 
Comme je n’ai plus la télé depuis maintenant 6-7 ans, vous comprendrez bien que l’avis de Michel Desmurget m’a bien fait rire et confirme ce que j’en pense :)
 
  • Éteindre la télévision. À jamais.
  • La jeter par la fenêtre. La regarder brûler.

 

- Damien