Je suis passé sous Linux Mint

Voilà, le mot est lâché.

J’ai remplacé ma Xubuntu habituelle pour une Linux Mint avec bureaux Mate et XFCE, on ne perd pas ses vieux réflexes « au cas où ».

J’ai testé pendant quelques temps Mate via un clé bootable et j’ai décidé de passer en dur sur mon PC portable ce week-end. L’installation a été faite à partir d’un DVD gravé Linux Mint 17. Tout s’est bien passé, rapidement et en français.

Je n’ai rien d’extraordinaire à dire. Cette distribution remplit chaque critère que je recherchais :

- du .deb, c’est le plus courant pour installer des logiciels, des pilotes, des drivers d’imprimantes. C’est presque devenu universel comme format.

- du long terme. C’est paradoxale parce que Mint est un fork d’Ubuntu donc devrait être mis en question concernant sa pérennité. Ça fait un moment que cette distribution tourne et cartonne.

- il y a tout dedans pour naviguer sur le net, flash, Java, des codecs… sans installer quoi que ce soit en plus ensuite.

- le bureau Mate. Il suffit de cliquer en bas à gauche sur le menu « démarrer » pour comprendre : sur le même panneau, en un clic, vous avez accès au Terminal, au Centre de Contrôle (paramètres généraux), au Gestionnaire de Logiciels, aux commandes Déconnexion/Éteindre/Verrouiller, aux fichiers via le Bureau/votre Home et à toutes les applications de votre système. En un clic.

- le clic droit sur les applications dans le menu pour ajouter un raccourci au bureau, à la barre des taches, à mettre dans ses favoris, à lancer au démarrage, à désinstaller. C’est tout bête mais tellement pratique.

- les menus Administrations et Préférences sont tellement claires, explicites et simples que cela évite de naviguer dans un menu déroulant en se demandant à quoi sert telle ou telle application.

Linux Mint Mate

Pourquoi pas sous Ubuntu pendant qu’on y est ?

Ben parce que Unity. Je me suis toujours senti mal à l’aise avec ce bureau et impossible d’être productif, trop plombé que j’étais pas l’originalité de cette interface. Et puis parce qu’il y a certains soucis de vie privée et qu’il faut désactiver les lenses.

Conclusion

Je comprends les passionnés qui partent sur une Debian ou une Arch qui vont se monter une configuration aux petits oignons. J’ai eu fait ça dans le passé. Je n’ai plus le temps pour la blague. Ça doit marcher tout de suite, sans bricoler, sans être trop lourd non plus, ce qui était le cas pour Xubuntu, je vous rassure. Linux Mint Mate, c’est un caprice de luxe. Celui de voir et constater que tout est beau, pratique et accessible tout de suite.

C’est peut être ça qui fait la faiblesse du libre, Cyrille aborde souvent ce thème : le libre, ça part souvent dans tous les sens et ça manque d’un fer de lance. Je suis impatient de voir ce que va donner la version Ubuntu Mate à peine officialiser. Je me dis que dans les mois à venir, elle peut faire du mal a Ubuntu Unity parce que le bureau Mate est moins radical dans ses choix graphiques et ergonomiques qu’Unity. Le match s’avère intéressant en tout cas. Comme d’habitude, les pronostics sont ouverts :)

Si demain je dois installer une distribution Linux à quelqu’un, ce sera une Mint Mate. Définitivement.

 

- Damien

ZTE France existe, il nous a commenté

Conformément à ce qu’avait annoncé le panda pas roux Genma, ZTE France devait bouger un peu pour venir sur la blogosphère, c’est chose faite, je note la présence dans une question du ask et sur le blog. Du fait que tout le monde n’est pas abonné aux commentaires, je vous le livre ici directement et je vous fais le commentaire qui va bien. La première chose que nous pouvons constater que c’est mieux vaut tard que jamais, même si je trouve que c’est bravement tard, je présente ce téléphone depuis le mois de juillet, nous sommes au mois de septembre.

Si vous ne vous en doutiez pas, nous avons bien la confirmation que le hardware utilisé pour l’APN dans la version EU et dans la version FR sont différentes, ça je pense qu’on avait largement quelques doutes après la multitude de messages de gars qui avaient perdu l’APN ce que vous ne saviez pas en outre c’est que l’utilisation d’une version non officielle fait sauter la garantie sur le téléphone. J’espère que vous êtes tous ravis de savoir que nous avons fait la promotion de ce téléphone, qu’on a mis le paquet, qu’on a montré le haut pouvoir de bidouillabilité et que si le téléphone a un problème qui n’a peut être aucun rapport avec la version utilisée on peut s’asseoir dessus. Enfin bon pour ma part avec un téléphone payé 52.99 € en Angleterre, je ne me faisais guère d’illusion.

Véritable découverte, le numéro de firmware qui prête à ambiguïté, est en fait plus récent que le 1.0.0B06, le 1.0.0B01 étant donc à nouveau une spécialité francophone. Le téléphone continuera d’être supporté au travers d’un firmware 1.00B02 et B03, avec comme véritable interrogation, ces firmwares embarqueront-ils la version 1.4. En ce qui concerne la faisabilité pour le portage de la version 2.0, je peux dire de façon très très officielle et humblement que je téléphone avec une version 2.2 de Firefox OS sur un ZTE Open C qui effectivement est EU ce qui fait peut être la différence.

Moralité, avec un copier coller qui a fait son apparition dans la 2.2 et que je ne vois pas d’ailleurs, un market qui se remplit mais pas trop vite, un système d’exploitation à des années lumières d’Android, l’annonce de ZTE pour ma part ne me fait ni chaud ni froid et pour la majorité des lecteurs de ce blog, qui sont de vrais bonhommes, je n’ai qu’une chose à dire.

COMPILONS ET BIDOUILLONS COMME DES HOMMES.

Bonjour à tous,
ZTE France souhaite apporter quelques précisions car il semblerait qu’il y ait un malentendu sur les version HW (hardware) et SW (logicielle) de l’OpenC commercialisé en France chez les différents revendeurs (Leclerc, Cdiscount, LDLC….).
HW :
L’OpenC commercialisé en France par ZTE possède une version HW différente du modèle commercialisé par Ebay (que l’on trouve aussi sur Amazon) car il intègre un capteur de luminosité/proximité qui n’est pas présent dans ces versions espagnoles et anglaises (version Ebay).
SW :
De part la différence HW, le logiciel embarqué dans la version OpenC française est donc différent afin de gérer le capteur de proximité. De fait, la version FFOS_FR_ZTE_OPENCV1.0.0B01 est plus récente que celle d’Ebay bien que le nom soit trompeur. En effet la version FFOS_FR_ZTE_OPENCV1.0.0B01 (France) est basée sur la version Ebay FFOS_EU_EBAY_OPENCV1.0.0B06 à laquelle ont été ajoutés des correctifs et des modifications pour la France (Liste APN, amélioration du support de la langue française, modification des app pré-installées, ajout de quelques correctifs présents dans FFOS 1.4…..).
En conséquence, le fait de flasher la version française OpenC avec une version logicielle Ebay peut entraîner des problèmes de compatibilité avec les éléments HW tels que la caméra et peut aussi engendrer des instabilités voir rendre inutilisable votre produit. Enfin, le fait d’utiliser une version logicielle non « officielle » entraîne la perte de garantie.

Nous tenons aussi à mentionner que ZTE France va continuer le support logiciel sur l’OpenC avec notamment la version FFOS_FR_ZTE_OPENCV1.0.0B02 qui est actuellement en cours de déploiement FOTA et disponible sur notre site internet(http://www.ztefrance.com/firefox-open-c.php) et qui améliore le support des MMS avec le réseau Free Mobile. Enfin notre R&D travaille actuellement sur une nouvelle version B03 corrigeant des problèmes de reboot intempestifs.
Pour ce qui est de la migration vers FFOS2.0, ZTE étudie actuellement la faisabilité et communiquera dans les prochaines semaines.
Cordialement
Le service support client ZTE France

Solitude

Je lisais cet article sur la progression de la solitude en France, globalement si vous êtes chômeur, malade, vieux, vous êtes au rebut de la société. Je suis seul, ne nous leurrons pas. J’avais écrit il y a quelques années un article où je disais qu’il n’avait jamais été aussi simple de me trouver sur la toile, mais que personne ne le faisait si bien que j’en déduisais que j’étais un gros connard.

C’est un peu schématique mais analysons mon parcours de vie en 39 ans. A 18 ans je quitte Nîmes pour Montpellier, j’ai tiré un large trait sur tous les amis d’enfance pour la simple et bonne raison que nous nous sommes perdus de vue si bien que cela fait partie des relations que je ne supporte pas, ressasser des souvenirs d’avant, des souvenirs d’inconnus car nous ne sommes plus les mêmes. Il m’est arrivé de revoir des gens d’avant, et j’ai toujours eu l’impression qu’on disséquait la vie de l’autre pour savoir qui avait le mieux réussi, la plus belle baraque, la plus belle femme, la meilleure paye, les gosses les plus intelligents, je fuis donc ce genre d’événements comme la peste. A 25 ans direction Paris, je deviens ingénieur, j’ai fait l’effort de revoir les anciens camarades d’université pendant quelques temps, et puis la vie fait son œuvre. 28 ans, je quitte Paris, pour le Cantal, à chaque fois que j’ai eu l’occasion de passer sur Paris je suis allé voir les collègues, mais je crois que c’est à ce moment là que j’ai compris que j’étais un prestataire de service, je ne ferai qu’un contrat temporaire dans la vie des gens. La vie de prof en Auvergne et celle d’ingénieur à Paris n’a plus de rapport, adieu et bonnes chances. A 36 ans je quitte le Cantal, je n’ai conservé des relations qu’avec une seule collègue de travail que j’appelle le plus régulièrement possible. En même temps pas d’ambiguïté non plus, prestataire, je savais que je ne resterai jamais au pays des 50 cm de neige en hiver, je n’ai donc pas été très liant. Depuis la quatrième année que je suis dans le lycée, je fais comme d’habitude, je suis sympathique avec tout le monde dans la mesure de mes moyens, je sais que je ne vais pas rester pour la simple et bonne raison que je suis éloigné de mon lieu de vie. Parler d’amitié serait exagéré, j’ai des gens qui sont de très bons camarades, je crois qu’avec mon parcours de vie j’aurai du mal désormais à utiliser le mot ami, cela fait tellement longtemps que je n’en ai pas eu de vrai, de palpable, de classique, le gars avec qui on boit une bière régulièrement, qu’on reçoit souvent à table avec les femmes, les gosses et le reste, que je trouverai indécent de l’employer.

L’article divise en trois parties les réseaux, le boulot, la famille et les amis, vous l’aurez compris, le boulot c’est mort, la profession aussi qui veut ça, un prof qui part à la retraite c’est un prof libéré, quelqu’un qui va enfin pouvoir faire ce qu’il veut, il n’a pas envie de se rappeler les gosses horribles qu’il vient de quitter. Nécessairement et avec le fameux théorème du loin du cœur, loin des yeux, la culture de la prestation de service, les déménagements, les amis c’est aussi mort. Il reste donc la famille. La famille de mon côté c’est une triste histoire, une histoire qui montre la responsabilité familiale, mon père a brillamment coupé les ponts avec tout le monde puisqu’il était en conflit avec tout le monde, avec lui même surtout je pense. Reproduisant le bon schéma familial, nous ne nous parlons plus depuis plus d’une décennie et la famille de mon côté se ramène à ma mère et mon frère, n’ayant pas eu le privilège de rencontrer le reste, ne le désirant pas vraiment non plus. La cellule familiale du côté de mon épouse est solide et proche en terme de distance, si bien que nous voyons souvent les autres membres de sa famille. J’essaie d’inculquer à mes enfants la valeur famille, non pas espérant un jour qu’ils me servent de bâton de vieillesse, mais surtout parce qu’on se rend compte que dans cette société qui s’effondre, la famille reste l’un des derniers remparts, et quand je dis inculquer ça prend un sens encore plus fort avec des enfants adoptés qui ne comprennent pas toujours certains concepts.

Si l’on fait le bilan de ma vie, je me limite au réseau familial en apparence, j’ai un énorme réseau amical sur l’internet, jamais seul. Comme je l’ai expliqué, difficile d’appeler ça de l’amitié mais avec certaines personnes c’est ce qui s’en rapproche le plus. Il est d’ailleurs à noter que l’article explique que les réseaux sociaux ne facilitent pas la relation, mais soyons juste il est précisé que la majorité des gens qui sont seuls ne sont pas inscrits. Il y a quelques années, toujours dans ce même article qu’il faudrait déterrer, je pensais que c’était un faciliteur, je ne le pense même plus. Quand on n’a rien à dire à quelqu’un quel que soit l’outil utilisé ce n’est jamais facile, quand on a quelque chose à raconter, tous les moyens sont bons.

Est-ce que je dois m’inquiéter ? Pas plus que vous. Le bon sens serait de faire une fête des voisins le plus rapidement possible, de me lancer dans l’associatif dans la ville de Saint-Pierre pour prévenir, si mes enfants m’abandonnent, si mon épouse décède en premier. Après tout la vieillesse, c’est comme la retraite, ça se prépare, organisons nous dès maintenant pour ne pas être un pauvre vieux tout seul. J’ai du mal à m’inquiéter en fait, pour la simple et bonne raison qu’à l’instar de quelqu’un qui fume trois paquets par jour, je ne me fais pas d’illusion sur mon avenir. On lit dans l’article que la solitude tape lourdement les plus de 75 ans, normal, avant ils servent. Pour vivre dans un endroit très agréable à 200 mètres de la mer et bondé de retraités, je vous garantis qu’ici les vieux sont utiles, garde d’enfants pendant toutes les vacances scolaires, le vieux il assure ici. Seulement quand le vieux sera trop vieux, et que l’adolescent préférera rester avec ses copains, qui se souviendra de ces personnes qui auront torché deux générations d’enfants ?

Comme je l’ai expliqué plus haut, je n’attends pas de mes enfants qu’ils deviennent des bâtons de vieillesse, ma fille la présidente du syndicat des enfants, m’a dit plusieurs fois suite à un refus du président papa que plus vieux elle ne s’occuperait que de maman. J’en souris car ce sont des paroles d’enfants, mais elle cache tout de même la représentation de notre société, la personne kleenex, utile en son temps et qu’on jette dès qu’elle ne sert plus à rien.