A la recherche de la motivation perdue

Je partage le constat que fait Cyrille sur le manque et la raréfaction de contenu sur Internet. Le partage est une valeur importante mais sans création, au bout d’un moment, il n’y a plus rien à partager.

On peut constater l’état de mollesse ambiante de notre société. Les internautes et les téléspectateurs suivent un fait divers pendant 3 jours puis passent à autre chose rapidement.  Syrie, Robin Williams, le jeu des glaçons, Ebola, Loft Story, l’Amour est dans le pré, le chômage, l’Islam…

Les médias classiques passent d’un sujet à l’autre, pour vendre du temps de cerveaux disponible a leurs annonceurs, sans approfondir, sans pédagogie bien souvent.

Comment, dans ces cas là, trouver la force et la motivation pour créer ?

La société des loisirs a commencé à nous plomber dans les années 70-80 avec le début de la consommation de masse, avec chacun sa télévision, sa maison, sa bagnole, son canapé en cuir, son chien et la niche qui va avec et ses 2,6 enfants comme disait Coluche.

Insouciance des années fric, explosion de la TV avec ses nouveaux programmes plus débiles les uns que les autres (la 5 en France et les chaînes de Berlusconi en Italie en sont la démonstration flagrante), chacun avait le droit à sa part de bonheur consumériste, chacun le cherchait activement. Au détriment du collectif, de la société dans son ensemble.

George Orwell prédisait une société de surveillance, incarnée par le fameux Big Brother, dans le roman 1984. Un Etat policier dominait la société, la liberté d’expression n’existait plus et les citoyens n’avaient plus de liberté. Une bonne lecture de rentrée, d’ailleurs.

Or aujourd’hui, je crains bien plus la plus vision du monde d’Aldous Huxley, telle que décrite dans son roman Le meilleur des mondes que celle d’Orwell. Huxley décrit une société divisée en castes, neutralisée par la consommation, les loisirs, l’usage de drogues récréatives anesthésiantes et la pratique du sexe avec de nombreux-ses partenaires. Tiens, encore une bonne lecture de rentrée. 

La passivité du citoyen, le manque de volonté pour agir et la course à la consommation irréfléchie nous amènent petit à petit vers le modèle d’Huxley.

J’invite depuis quelques temps les personnes que je croise à se tourner vers l’action, que ce soit vers la vie associative, politique, sportive… L’inaction profite toujours à ceux qui sont en place, qui pensent et agissent pour vous. Ou plutôt pour qui pensent et agissent pour eux et leur maintien au somment de la pyramide.

Quoi qu’on en dise, les gens ont du temps mais le dépensent mal : qui n’a pas perdu 2 heures devant Youtube en sautant de vidéo en vidéo ? Qui n’a pas déjà regardé sa série TV préférée en 4 sessions de 3 h ? Qui ne perd pas 1 h par jour à balancer des « kikoulol » en statut sur FB ? Qui n’a pas perdu 1 h en flanant sur des sites de ventes privées de fringues ou de produits techno à la mode sans acheter ? Nous avons du temps mais nous glissons dans le scénario du Meilleur des mondes. Par facilité. La consommation de masse, héritée de nos parents, et la passivité vont de pair.

De plus, notre petit monde de bricoleurs/hackers/DIY se frotte à celui des geeks/consommateurs de modes.

Je vais prendre un autre exemple qui nous frappe de plein fouet. Les ventes de tablettes tactiles ont explosé ces dernières années : produit nouveau certes, tout le monde se doit d’en avoir une, un peu comme la dernière paire de chaussures à la mode. Résultat des courses, les tablettes sont l’outil parfait pour la consommation de contenu, pas de création. La tablette dont tout le monde est affublé est l’incarnation de la passivité et de la perte de temps. Que penser quand on voit des des enfants de 4 ans avec des tablettes dans les mains, quand ça n’est pas le Samsung Galaxy S5 d’un parent, pour jouer sur le canapé ?

La tablette, c’est la fin de l’intelligence.

Un ordinateur, un vrai, avec un clavier et une souris, c’est une machine à écrire d’enfer, c’est un outil de peinture et de création musicale ou vidéo. J’ai expliqué récemment à mon entourage que je préfère un gamin sur un PC portable que sur une tablette. De très loin.

Le pire danger n’est pas la société de surveillance mais la société des loisirs, celle-là nous tue plus sûrement en nous rendant amorphe. En espérant ne pas avoir à lutter contre les 2 scénarios en même temps…

- Damien

A la recherche du temps perdu

Comme je vous l’expliquais j’ai acheté une PS3, c’est réellement une jolie machine, une interface à laquelle nous sommes de plus habitués les enfants et moi puisqu’elle est identique à celle de la PSP. Le système du PSN est vraiment bien fait, les interfaces bien travaillées, je pense notamment à youtube, c’est l’une des interfaces les plus réussies et c’est facile à utiliser avec la manette. Je noterai aussi la reconnaissance du NAS et la possibilité de lire directement les médias dessus, c’est intuitif et facile. Les tarifs sont corrects au niveau des jeux à télécharger, le système d’abonnement à 50 € l’année me fait réfléchir, par exemple je me referai bien l’intégralité des Assassin’s creed, on peut y accéder gratuitement pour pas mal de jeux anciens. La seule limitation, je l’ai trouvée dans la taille du disque dur, 40 Go, on se rend compte qu’à 1.2 Go la démo ou 8 Go le jeu complet, on va arriver rapidement à saturation. J’ai récupéré sur mon ancien portable dont la plasturgie avait cassé, le disque dur de 500 Go et je l’ai mis dedans. J’ai mis cinq minutes, j’ai d’abord sauvegardé les données de la console sur clé USB, je suis allé télécharger le firmaware 4.60, je l’ai mis dans un répertoire PS3/UPDATE d’une clé USB comme j’ai pu le voir sur la toile, et en voiture Simone. Une petite trappe sur le côté, on dévisse, on tire et on sort le disque dur qu’on dévisse de son support pour mettre le nouveau. Ce qui est intéressant quand on connaît un peu l’informatique c’est qu’on fait quand même quelques économies substantielles, le disque dur est vendu neuf chez Micromania, un endroit qui parait légitime pour acheter un disque dur console à 79.99€, un disque dur de 500 Go dans le commerce se trouve à moins de 40 € et est parfaitement compatible.

Vendredi j’amène ma Clio II au contrôle technique, j’appréhende un peu, la voiture commence à vieillir et avec deux crédits, des travaux qui continuent, si je pouvais éviter de changer de voiture ou faire des réparations coûteuses sur ce qui ressemble de plus en plus à une épave, ce ne serait pas du luxe. J’ai vérifié ce matin mes différentes ampoules, j’en avais deux de grillées dans le bloc avant, je n’avais jamais changé les ampoules de la voiture, pas eu l’occasion. Les références des ampoules sont désormais de plus en plus simples à trouver, il suffit d’aller sur n’importe quel site, votre numéro de carte grise et on vous donne tout ce qui va bien sur la voiture. Au niveau du phare, il y a des caches, on retire, on a accès aux ampoules, on tire, on retire les ampoules des culots, on remplace. J’ai galéré un peu car on y va globalement à l’aveugle et pour une des deux lampes, il y a deux tiges de fer à fixer pour maintenir l’ampoule, c’est plutôt pénible mais on finit par y arriver.

Je viens donc de m’inscrire une fois de plus dans la démarche DIY, ou do it yourself qu’on pratique ici de façon régulière. Je suis content, non seulement j’ai appris quelque chose, j’ai fait des économies mais je l’ai appris aussi aux enfants, ils ont vu faire et un peu touché, je le fais de façon systématique, c’est une guerre de l’apprentissage que je livre avec eux au quotidien, pas facile, pour eux la vie, c’est jouer, jouer, et éventuellement jouer. Cette démarche, je ne pourrai pas la faire sans le net, je trouve une multitude de tutoriels sur tout, et je remercie tous les gens qui ont pris le temps de les écrire, ils rendent la vie largement meilleure, j’essaie moi-même de mettre la pierre à l’édifice à la hauteur de mes moyens, je considère que c’est indispensable, une nécessité.

Je regardais chanter JCFrog ce matin, il écrit : Je me demande si ça vient de mes propres fatigues. Les réseaux te renvoyant ton image, je m’interroge, est-ce de mon fait ou est-ce une tendance? J’ai la sensation d’un ras le bol un peu général, d’un abandon. Ton avis m’intéresse… C’est rassurant puisqu’il s’agit d’une sensation que j’expose depuis pas mal de temps, pour ma part je serai plus précis que le chansonnier, cela n’a aucun rapport avec l’été, on est en train d’avoir une société qui bascule dans la connerie, on crame la bibliothèque d’Alexandrie pour la seconde fois. Pour la connerie, je vais la jouer un peu vieux connisme, mais je pense que les jeunes ont d’autres préoccupations que le repartage d’infos ou l’apprentissage, avoir le selfie parfait, montrer ses petits exploits sur la toile un joint à la main ou une boisson alcoolisée, faire des concours stupides sur Facebook avec en plus un bel encouragement des grands de ce monde, elles doivent être bien fadasses les soirées où personne n’a plus rien à échanger car en fait à part fumer et picoler on ne fait rien. Je donne d’ailleurs un simple conseil à tout jeune qui voudrait prendre le contrôle du monde demain, il suffira de se pencher un peu sur les livres, d’apprendre un minimum, et on sera plus intelligent que 95% de la population qui vivra dans son abrutissement. Alors certes, le problème de la relève c’est une chose, ceux qui ont jeté l’éponge en est une autre.

A une époque les infos pullulaient dans tous les sens, Xavier me faisait remarquer que les gens vieillissent, les enfants, le travail, les préoccupations, les travaux dans la maison. On pourrait me faire remarquer qu’il est simple pour moi ne travaillant que trois jours par semaine, ayant plus de quatre mois de vacances à l’année de parler du temps, ben oui, même pas honte. J’ai une vie pour le moins remplie, les heures de travail sur le papier sont faibles mais dans la réalité c’est tout autre, les gosses, la maison, le reste, je suis comme les autres. Je vois dans mon entourage des gens qui n’ont le temps de rien faire, néanmoins certains vont regarder 4 matches de foot dans la semaine, d’autres s’envoient toutes les émissions de télé tournant autour de la cuisine, j’ai pour ma part fait le choix de ne plus regarder la télé ou de façon particulièrement ponctuelle, je gagne un temps de folie. Que celui qui me dit qu’il n’a effectivement le temps de rien faire et que ses journées ne sont consacrées qu’à ce qu’il faut faire me jette la première pierre, j’ai quand même l’impression qu’on vit beaucoup dans le prétexte, que le temps c’est un peu ce qu’on en fait.

Alors aujourd’hui on n’a plus le temps de documenter, de coder, d’expliquer, on n’a plus le temps de transmettre son savoir, en outre on a quand même franchement le temps de retwitter. Sur Diaspora* j’ai dernièrement annoncé que je commençais à purger des contacts. C’est peut être un peu affreux ce que je vais écrire, mais alors que je dénonce un manque d’activité lié à la production, la reproduction quant à elle bat son plein, il y a des gens qui ne savent que retwitter, ils n’ont absolument aucun contenu personnel, je dégage donc de façon désormais systématique ceux qui polluent ma timeline, je les plains, ils sont incapables de générer un contenu, d’apporter quelque chose aux autres, ils ne servent à rien. On m’a fait la remarque que parfois on faisait partie de la majorité silencieuse et qu’on n’avait pas forcément quelque chose à dire, je peux le comprendre même si je reste persuadé que chacun doit avec ses moyens pouvoir ajouter à l’édifice des connaissances, à la fameuse bibliothèque d’Alexandrie. Entre quelqu’un qui écrit peu, et quelqu’un qui n’est qu’un simple relais creux, je préfère celui qui a choisi le silence.

Je pense que JCFrog a mal choisi le terme, ou disons que pour faire la rime c’était plus facile, j’aurai plutôt tendance à dire tweet plutôt que retweet pour prouver que tu existes, retweeter les perroquets et les robots le font déjà très bien, tweeter, écrire en outre c’est bien plus difficile.

Note : on pourrait penser que c’est le phénomène estival qui fait que la période est morte, détrompez vous, les statistiques n’ont jamais été aussi hautes sur le blog depuis qu’il existe, les gens sont bien présents devant leur écran … de télévision, puisque la passivité à laquelle on assiste ne peut que rappeler le tube cathodique comme on disait à l’époque.

Enjoy the silence

Naabster qui est un gentil lecteur du blog m’a gentiment offert un Dell Optiplex 360. J’ai dit oui, j’ai dit non, j’ai dit finalement oui. A l’origine je comptais m’en servir comme serveur mais comme j’avais acheté ma carte 128 Go pour le pi, je me suis dit que ça me ferait une cochonnerie de plus dans la maison alors que je passe mon temps à purger. J’ai accepté la machine car Naabster m’a dit que c’était une machine particulièrement silencieuse et que déjà je ne supportais pas le bruit ces derniers temps, depuis mon passage au brix je le supporte encore moins, la configuration étant en gros similaire à celle de mon épouse un E5200 à la place d’un E5400 donc une perte dérisoire, j’ai dit banco pour remplacer la tour de ma femme. Au moment où je vous écris ce billet, j’ai mon brix d’allumé, le Dell derrière moi, pas un bruit, pour ainsi dire la tour fait autant de bruit ou n’en fait pas c’est selon, qu’un brix. Ça me laisse particulièrement songeur sur la qualité des boîtiers, ici il faut reconnaître que c’est particulièrement bien fait. Le ventilateur est complètement avalé dans un cache en plastique, l’alimentation est réduite, faible bruit, faible consommation, tout se clipse et se déclipse avec une facilité enfantine. 

Tout est trop beau vous vous en doutez, glissons donc dans le monde bornien. Comme vous le voyez, il manque un cache, Naabster qui prend ses vacances du côté de Gruissan ne l’a pas retrouvé et je n’ai bien évidemment pas la patience d’attendre qu’il rentre chez lui pour m’en envoyer un, même si avec la météo pourrie il devrait rentrer chez lui plus vite. J’ai commencé à faire des recherches sur un cache noir de base en 3.5 pouces, sachez que cela ne se vend pas, la seule annonce que j’ai trouvée c’est sur priceminister, sans garantie que le cache soit compatible au niveau des accroches. Donc j’ai regardé du côté des plasturgies sur ebay, le problème de la gamme optiplex c’est qu’elle est décomposée dans différents formats, ici il s’agit de la mini tour, on trouve des façades complètes pour le classique mais je n’ai pas trouvé pour la mini, de plus c’est expédié de l’étranger si bien qu’on tourne rapidement au niveau de 30 €. Qu’est ce qu’on peut mettre pour combler un trou en façade en 3.5, un lecteur de disquettes ça ne me fait pas rêver, j’ai donc pensé à un lecteur de cartes en façade. C’est là qu’on se rend compte que les cartes mères spécifiques c’est rigolo mais pas trop, il n’y a pas de broches sur la carte pour brancher, alors comment on fait ?

Il faut acheter une carte usb low profile avec des broches dessus, c’est à dire avec une équerre étroite car le boîtier est étroit, pour pouvoir connecter le lecteur de carte dessus. Il faut savoir que certaines de ces cartes possèdent un port usb interne ce qui fait qu’on imaginer mettre un adaptateur wifi ou bluetooth.

Le produit est intéressant, on trouve des optiplex à moins de 100 € sur cdiscount, je pense que si on veut utiliser des vieilles machines c’est une bonne piste. Peu encombrant, peu bruyant, suffisants pour faire de la bureautique. Je pense pour ma part qu’il s’agira de la dernière tour de mon épouse, son prochain PC sera un brix, un nuc ou une variante.

IMG_0008