ZTE OPEN C, utilisation quand même

Je viens de laisser tomber les tentatives de compilation, je vais les reprendre mais pas depuis le téléphone, sur l’émulateur. En effet j’ai une erreur de compilation que je n’arrive pas à identifier, alors que je refais le config qui va bien, le build qui va bien, je me retrouve de façon systématique sur la branche 2.1 ce qui n’est pas acceptable, c’est le développement. A l’heure actuelle je tourne sur la version 1.3 officielle, une image récupérée ici. J’ai récupéré l’image qui va de Android vers Firefox, j’ai eu énormément de difficultés pour trouver une image qui passe. En effet la méthode que j’ai donnée hier pour une raison qui m’échappe n’a pas fonctionné, l’image officielle ne fonctionne pas et je pense en connaître la raison. Si on farfouille un peu dans les fichiers de conf, on voit apparaître pour l’open C la référence ZTE_P821A10 dans l’image officielle, le script de contrôle vous jette en disant que votre téléphone est un open C. L’image qui va de android à firefox ne fait pas semble-t-il cette vérification et passe comme une lettre à la poste. Je garde tout de même de cette expérience de bricolage très intenses de nouvelles connaissances sur adb, fastboot, sur la structure des répertoires de firefox os etc …

Sauvegarde

Avant d’aller plus loin dans le téléphone, il fallait récupérer les données, entrer des dizaines de contacts pour les voir disparaître derrière c’est lourd. La méthode c’est adb pull /data /home/cyrille/openc/data pour récupérer la data dans laquelle je confirme se trouve l’intégralité des données utilisateurs, pour les remettre  adb push /home/cyrille/openc/data/ /data. Je peux vous confirmer que ça marche j’ai fait un formatage du téléphone et j’ai fait le push, j’ai récupéré l’intégralité des données. On voit sur le net la même commande mais avec system, je suppose qu’il récupère une image disque du système complet. Ce qui nous intéresse c’est que je n’ai eu besoin que de bricoler data pour récupérer la totalité des données. A noter que la manipulation n’est pas à faire à n’importe quel moment, j’ai fait une première expérience brutasse avec la langue anglaise, la non connexion au web par le wifi, pas mis mon code pin, l’appareil téléphonique n’a pas été capable de se connecter au wifi par la suite. J’ai à nouveau réinitialiser et à l’écran d’accueil j’ai fait la manip sur le push, j’ai tout récupéré sans souci. C’est positif, cela laisse supposer qu’on peut faire le zozo avec les images disques mais continuer à préserver l’intégralité de ses données. Attention toutefois, pour que cela fonctionne il faut que le téléphone soit rooté ce qui n’est pas mon cas dans l’image officielle, il va falloir que je cherche un peu à flasher sans quitter la branche officielle.

Le mail, la solution sale, mais une solution quand même. Calendrier, pas mieux que Android

J’ai fait un certificat SSL sur startSSL j’ai contacté o2switch qui a fait une mise à jour des certificats, cela ne fonctionne pas. J’ai donc ajouté à mon adresse orange car je possède en tant que client sosh une adresse orange, mon adresse courante et j’ai donc pu récupérer mes mails, un temps. En effet au bout d’un temps je n’ai plus reçu les mails, je ne sais pas pourquoi, mais je mets ça sur le compte d’orange. J’ai fait une redirection depuis o2switch depuis le cpanel je me suis retrouvé avec un message de rejet de orange qui n’a pas apprécié la redirection, joie. La solution la plus sale est basée sur le même type, je passe par mon adresse office365 du boulot. On notera qu’avant de me lancer dans ces bricolages qui sont déplaisants, passer par une adresse intermédiaire, qui plus est celle du travail, j’ai regardé du côté de roundcube pour vérifier s’il y avait des thèmes responsive design. J’ai fouillé un court moment, entre les thèmes abandonnés depuis plus de deux ans, les thèmes payants, j’ai regardé du côté d’autres clients mails, rien, il faudrait peut être regarder du côté des groupwares. L’application quant à elle est claire, simple, fonctionnelle, ça envoie et ça reçoit les mails. Il semblerait toutefois qu’il y ait un problème sur la réception et l’affichage des pièces jointes autres que les images, en effet alors que j’ai installé une application pour lire les pdf, un gestionnaire de fichiers, impossible de lire un pdf ou de le sauvegarder.

Au niveau du calendrier je me retrouve dans une situation quasi similaire à celle d’android par rapport à office365 en pire tout de même. Pour l’instant pas de synchronisation possible avec le calendrier personnel ce qui n’était pas forcément ce qui m’intéressait plus. En effet comme je l’ai expliqué régulièrement, le calendrier personnel n’a de sens que s’il est superposé avec le calendrier professionnel, ce qui posait problème c’était de n’avoir que le mien sans celui du lycée sous Android, étant donné qu’avant de prendre un rendez vous perso il faut que je regarde au niveau du lycée si je n’ai pas un rendez vous pro comme une réunion parents profs ou un conseil de classe. L’astuce sera certainement de prendre le problème à l’envers, créer un calendrier sur owncloud et l’ajouter à office365, en effet Firefox OS est capable de gérer caldav, office365 accepte les entrées. L’application calendrier comme l’application mail fait le job.

L’issue certainement ici sera de bricoler à la main la table des certificats, je l’ai vu faire, j’ai vu des tutos, mais je n’avais pas encore le recul que j’ai maintenant, je pense qu’à terme je vais finir par y arriver, cela fera partie des chantiers.

Un smartphone qui téléphone et qui envoie des SMS (folie !)

La fonctionnalité principale d’un téléphone c’est quand même de téléphoner, de recevoir et d’envoyer des SMS. De ce côté là tout va bien, j’ai fait des essais dans tous les sens.

Une première conclusion

Le smartphone ZTE OPEN C est certainement le smartphone que j’attendais, que nous étions nombreux à attendre. Je l’ai déjà évoqué, Android pour moi n’est qu’un système d’exploitation de transition, je suis content de retrouver ma liberté avec FirefoxOS. Le système d’exploitation est bien conçu, fluide, le téléphone est modifiable à volonté, c’est encourageant de savoir que la version 2.1 sera fluide et fonctionnelle sur un téléphone qui est actuellement en 1.3 et qui ne m’a coûté que 52.99 € mais qui reste vendu à plus de 70 € en magasin, trop cher par rapport à la concurrence Android. On est réellement dans une situation similaire à Linux, différent, alternatif, moins de choses, plus contraignant, si bien que ce téléphone va certainement se prendre un gros bide au niveau commercial notamment quand on voit ce qu’offre la concurrence Android pour un tarif similaire.

En attendant le ZTE Open C

Avant de reprendre l’écriture de cet article dans l’ordre chronologique des événements, je veux dire combien je suis étonné, surpris de ne pas lire ou voir plus d’enthousiasme pour Firefox OS de la part de ceux qui ont acquis récemment le ZTE Open C. Pour ma part, je veux le dire sans détour aucun : je ne suis pas la grand-mère de Cyrille et pourtant… je trouve que Firefox OS est un bel OS, bien pensé, simple, intuitif, fluide et, pour l’utilisation que je fais de mon téléphone, les applications, dans l’immédiat, sont en nombre largement suffisant. J’y reviendrai.

Article chronologique

Lundi 28 juillet

En attendant le ZTE Open C, j’enrage… J’enrage parce La Poste, comme à son habitude, dans mon secteur, ben, ça me fait un peu mal de le dire, c’est n’importe quoi. Combien de fois je m’en suis plaint, auprès service client, au guichet, au livreur, au facteur… je ne les compte plus. Je n’en peux plus de La Poste. Entre l’avis de passage qui est envoyé sous enveloppe, sans… passage du livreur/facteur, l’avis de passage déposé dans la boîte aux lettres sans que le livreur ne… livre parce qu’il a la flemme de monter chez moi, au troisième étage sans ascenseur, le livreur/facteur qui passe, dépose un avis de passage avec son numéro de téléphone et qui m’explique qu’il a gardé le colis et viendra me livrer par ailleurs, etc. La Poste, vraiment, je n’en peux plus. Je n’aurai le ZTE Open C que… possiblement lundi. Le livreur/facteur est passé, n’a pas sonné, n’a pas livré, juste déposé un avis, mal renseigné, mauvaise adresse, pas de numéro de colis. Une calamité, je vous dis.

Nous sommes lundi et toujours rien. Mon ZTE Open C est quelque part mais personne ne sait où visiblement. On me renvoie d’un bureau de Poste à l’autre mais personne ne sait localiser le paquet.

Alors, en attendant le ZTE Open C, je lis les articles de Cyrille, prépare le terrain pour prendre en main l’appareil. Le rooter me semble nécessaire, histoire de ne pas me trouver coincé à un moment ou à un autre. Seulement, problème : je ne suis pas utilisateur de Windows et l’opération n’est possible que sous Windows. Certain de dire en commentaire qu’il ne « faudrait pas gueuler sur Mozilla quand le problème vient de ZTE. » — Oui, enfin bon, un partenariat efficace pourrait tout de même prendre en compte ce genre de choses, non ? Histoire de faire oublier au linuxo-libriste que ce sont des p’tis chinois qui ont fabriqué l’appareil, que ce n’est pas un fairphone à 300 €.

J’ai suivi le conseil d’antistress : j’ai installé un disque virtuel de Windows avec l’excellent logiciel "Machines" (Boxes) avec lequel la virtualisation ne m’a jamais paru aussi simple. Au final, je crois bien que je n’en aurai pas besoin, je veux dire de Windows. Nous verrons bien.

Mardi 29 juillet

Voilà, j’ai enfin le ZTE Open C entre les mains. Pas de photos. Cyrille a déjà donné. Bon… nul besoin de gloser sur la fiche technique de l’appareil. Le ZTE Open C est un produit d’entrée de gamme, autant dire que ce n’est pas un foudre de guerre capable de rivaliser, en termes de performances, avec des appareils de plus coûteux, le contraire aurait été étonnant, mais il est plus véloce que mon mon vieil HTC et c’est déjà ça. Par contre, l’appareil photo est franchement médiocre mais ça tout le monde l’a déjà dit.

Après insertion de la batterie et de la carte SIM, démarrage de l’appareil… rien à dire, c’est propre. Je configure le mail, le wifi au cas où, et puis mise-à-jour du système. C’est long. Très long. Rien à ajouter pour le moment sinon que… Gaia, l’interface, est très fluide, simple, efficace, tout est clair, évident. Tout ce qui est nécessaire est là : bureau, clavier virtuel, écran de verrouillage, clavier de composition téléphonique, application SMS, gestionnaire de contacts, navigateur web, musique, vidéo, photo … Bref, quoi qu’on en dise, Firefox OS n’a vraiment rien à envier à Android. Enfin, de mon point de vue. J’ai utilisé Android pendant à peu près 3 ans et je suis plutôt content de passer à autre chose et je dois dire que je suis bluffé par Firefox OS. Je me demande bien pourquoi on ne lui fait pas meilleure presse.

Après quelques heures d’utilisation, l’une des qualités les plus évidentes de Firefox OS sur la concurrence c’est la légèreté des applications, un avantage indéniable pour l’utilisateur et les petits appareils comme le ZTE Open C.

J’ai lu à maintes reprises la désolation des utilisateurs face au magasin d’applications. Plutôt que de vous y fier, faites-vous-en une idée par vous-même, allez-y jeter un œil, vous y trouverez plus que le nécessaire. Et il y a fort à parier que, du fait des langages de développement utilisés (HTML, CSS, JavaScript), bon de nombre de développeurs investiront cette plateforme.

J’ai suivi, jour après jour, les bidouillages de Cyrille. J’ai failli suivre la première procédure qu’il a donnée pour rooter l’appareil. Finalement, c’est une bonne chose d’avoir reçu mon téléphone avec ce retard, ça m’aura au moins évité toute cette bidouille.

Comme je l’écrivais précédemment, plus besoin de Windows, je me contenterai d’une virtualisation d’Ubuntu via "Machines" (Boxes) au cas où mais pas dans l’immédiat.

L’urgence est ailleurs : prendre mes marques sur Firefox OS. Ce qui se traduit comme suit : récupération de mes contacts (fait), récupération de mes sms, si possible, récupération de mes notes et installation des applications nécessaires.

Lectures de Juillet

Hello.

Petit récapitulatif de mes lectures les plus intéressantes de ce mois. En espérant qu’une de celles-ci vous donne envie !

Coup de cœur : Agnès la Noire – R. E. Howard

     — Une femme ! répéta le bandit d’un air songeur. Et habillée en homme ! Tu m’as l’air d’une sacrée drôlesse, grande et souple ! Allez, ôte ta cape !
     — Il suffit, chien ! le tançai-je sans vergogne. Ne va pas croire que je suis une donzelle gémissante dont tu pourras faire ta proie.
     — Qui es-tu alors ? demanda-t-il.
     — Agnès de la Fère, répondis-je. Si tu n’étais pas un étranger dans les parages, tu le saurais.
     — Je suis fraîchement débarqué ici. Viens par ici, Agnès, et donne-moi un baiser.
     — Crétin ! lâchai-je, ma fureur toujours prompte à s’embraser rapidement. Faut-il donc que je tue la moitié des hommes de France pour leur apprendre le respect ? Regarde un peu ! Je porte ces vêtements parce qu’ils sont ceux de ma profession, pas pour attirer les regards. Je bois, je me bats et je vis comme un homme…

Agnes_la_Noire

(présentation de l’éditeur)

Alors je dois avouer que j’ai manqué de volonté. Je ne voulais plus acheter de livres aux éditions Bragelonne, mais ce dernier volume Howardien m’a fait craquer (comme d’habitude). Recueil piloté par Patrice Louinet (gloire à lui), compilation des meilleures histoires de plusieurs recueils (sortis chez NéO et difficilement trouvables), nous avons entre les mains un pavé de plus de 400 pages, des histoires venant des manuscrits (ou tapuscrits) originaux avec de nouvelles traductions pour un prix raisonnable (25€, comparez avec les prix des NéO…). Pour ceux qui ne le saurait pas, Howard est le créateur de Conan mais pas seulement. Il a écrit des dizaines de nouvelles sur d’autres personnages – toujours créés et développés en fonction des débouchés éditoriaux de l’époque – dans des genres variés allant du Weird Horror à l’Oriental Adventure en passant par le Western. Bref, les histoires sont trépidantes, pleines du fracas des combats et avec une touche de mystère ou de suspense. Ajoutez-y quelques explications de Patrice Louinet sur le contexte d’écriture et éditorial de l’époque et vous avez un très bon recueil de récits d’aventures (un peu de médiéval, un peu d’aventures orientales type Indiana Jones et un peu de pirates). A lire de toute urgence.

Quelques éditions originales de chez NéO :

NEO1NEO2NEO3

Les courants fourbes du lac Tai par Qiu Xiaolong

Parce qu’il a besoin de vacances, l’inspecteur Chen est envoyé en repos au bord du lac Tai. Ce paysage idyllique cache malheureusement une triste réalité : l’eau du lac est infestée par les rejets des usines alentour. Le directeur de l’une d’entre elles est assassiné et les militants écologistes radicaux sont montrés du doigt. Dans un pays où la croissance économique débridée nie les impératifs environnementaux les plus élémentaires, l’enquête se révèle délicate pour l’inspecteur Chen.

(quatrième de couverture)

Lac_TaiPour ceux qui n’ont pas suivi le début de la saga policière chinoise, vous trouverez ici le début des aventures de l’inspecteur Chen Cao. 

Notre ami le poète/inspecteur/cadre du parti est très fatigué et se voit « imposer » des vacances dans un centre de repos pour hauts cadres du parti. Très vite, il visite les environs incognito et rencontre une charmante jeune femme qu’il va charmer par ses poèmes et ensuite séduire. Mais cette femme est une écologiste convaincue, accusée à tort du meurtre du directeur de l’usine dans laquelle elle travaille. L’inspecteur va alors devoir intervenir dans l’ombre pour la sauver des griffes de la sécurité intérieure, tout en ne froissant pas les instances dirigeantes et influentes du parti. En effet seul compte la productivité et le profit (pour certains) dans cette Chine en marche forcée vers le soi-disant progrès. L’enquête est très lente comme d’habitude mais le plaisir d’arpenter le lac et ses alentours prend le pas sur le reste. Il ne subsiste après le final que l’impression douce amère de devoir déjà se séparer de nos amis chinois.

Un roman très intéressant nous montrant une face pas très courante de la Chine.

NicK.